Une trilogie cinéma pour Cyborg 009

2

Le manga de Shôtarô Ishinomori, Cyborg 009, partiellement distribué chez nous par Glénat, va connaitre une nouvelle adaptation anime. Un projet qui donnera vie à 3 longs-métrages attendus en fin d’année sur les grands écrans japonais.

Le premier acte de Cyborg 009 Call of Justice sera à découvrir le 25 novembre prochain au Japon. Les deux derniers volets arriveront quelques jours plus tard, le 2 et 9 décembre. Nous pouvons déjà apprécier une première bande-annonce.

C’est le très bon Kenji Kamiyama (Eden of the East, GITS: Stand Alone Complex) qui partagera avec Koudai Kakimoto (Psycho-Pass) la direction de ces films produits chez Signal.MD avec l’aide d’Ishinomori Production et Production.I.G. Au chara design, nous reconnaissons aisément le style de Masatsugû Saito, déjà à l’oeuvre sur Expelled from Paradise.

Précisons que le manga d’origine avait entamé sa publication en 1964 dans les pages du magazine Weekly Shônen King. Parmi les nombreuses adaptations dont il a fait l’objet, nous pouvons citer le film de 2012, 009 Re: Cyborg, déjà dirigé par Kenji Kamiyama, mais aussi le court-métrage en 3D stéréoscopique de Mamoru Oshii datant de 2010.

cyborg009

Résumé Glénat :

“Dans le but de conquérir la planète, la puissante organisation mafieuse Black Ghost enlève 9 humains afin de les transformer en cyborgs dévolus à leurs terribles desseins. Chacun vient d’un pays différent, chacun est doté d’un pouvoir particulier.Mais les 9 se rebellent contre l’organisation et vouent alors leur destinée à détruire toutes les créations diaboliques de Black Ghost”.

 

Source : ANN

Parlez-en à vos amis !

A propos de l'auteur

Défendre les couleurs d'AnimeLand était un rêve. Il ne me reste plus qu'à rencontrer Hiroaki Samura et je pourrai partir tranquille.

2 commentaires

  1. Le projet semble reprendre le design du film de 2012, dommage. Un style néo rétro comme pour les OAV récemment sorties aurait largement mieux passé pour un titre aussi ancien. Puis les retours sur le film de 2012 avec Kamiyama justement n’ont pas paru très enthousiastes, à voir si sur 3 films il pourra mieux développer son concept.

    • Idem. Espérons que le format pourra permettre d’avoir un fond plus consistant. Personnellement, je ne suis pas fan de Masatsugû Saito. Il y a fort à parier que son style s’adapte plus facilement à une travail numérique….
      Pour l’écriture et la mise en scène, j’ai confiance en Kamiyama (même si j’ai raté l’opus de 2012).

Ecrire un commentaire