Les droits de Furi Kuri chez Production I.G !

0

Le site Catsuka avait flairé l’affaire, c’est désormais acquis. Les droits de la série Fuli Culi (Furi Kuri) sont définitivement rachetés par Production I.G.

flclMais à quoi doit-on s’attendre pour ce projet ? A priori, ce sont deux nouvelles saisons de 6 épisodes qui nous sont promises pour 2017, voir 2018. Sur ce coup, Production I.G s’associe avec Turner Broadcasting System, un groupe audiovisuel américain, filiale du groupe Time Warner. Sur la forme, peu d’artistes présents sur la première version seront conservés.

Parmi eux, notons la présence de Kazuya Tsurumaki. Ce n’est pas en tant que réalisateur qu’il interviendra, mais en qualité de superviseur du projet. La direction, elle, est confiée à Katsuyuki Motohiro, déjà vu sur Psycho-Pass. Fort heureusement, Yoshiyuki Sadamoto, l’ADN graphique de Gainax, reste en place. En revanche, par de traces du scénariste Yōji Enokido. Reste à voir quels seront les animateurs choisis. Sans Hiroyuki Imaishi ou Yoshinari Yoh, la folie glorieuse de FLCL risque de manquer.

Absolument éblouissantes d’un point de vue technique, les OAV de Furi Kuri font partie de ces petits bijoux d’animation dont il apparaît difficile de faire mieux. Mais gageons que le studio Production I.G, déjà concerné par cette première version, sait parfaitement où aller.

Résumé :
Dans cette nouvelle saison de Fuli Culi, bon nombre d’années se sont écoulées depuis que Naota et Haruko ont partagé leur aventures. Pour autant, la guerre entre Medical M et Fraterniti fait toujours rage à travers la Galaxy. Se présente alors Hidomi, une ado qui n’espère plus grand chose de son existence jusque l’arrivée du professeure Haruko à son école. Mais très vite, Mechanical attaque la ville d’Hidomi. L’ado détient un secret qui pourrait sauver tout le monde. Un secret que seule Haruko peut débloquer”

Source : Catsuka / Gainax.fr

Parlez-en à vos amis !

A propos de l'auteur

Défendre les couleurs d'AnimeLand était un rêve. Il ne me reste plus qu'à rencontrer Hiroaki Samura et je pourrai partir tranquille.

Ecrire un commentaire