KAZÉ MANGA choisit ComiXology pour l’édition numérique

0

La plate-forme d’édition de BD numérique ComiXology (site officiel) vient de signer un accord de distribution avec le groupe Viz Media Europe. Cette alliance concerne l’édition en français des titres du catalogue Kazé Manga, mais pas seulement.

Fondé en 2007, ComiXology a commencé en devenant leader de l’édition numérique sur le comics aux Etats-Unis, grâce à des poids lourds comme Marvel et DC Comics. Depuis, la plate-forme, proposée en plusieurs langues, s’est enrichie d’un impressionnant catalogue BD, revendiquant “40.000 ouvrages disponibles sur iPhone, iPad, Android, Kindle Fire, Windows 8 et sur le Web.

En janvier dernier à Angoulême, le groupe Delcourt avait déjà rejoint ComiXology, mais le manga ne faisait pas encore partie de cette offre (lire l’information du 31/01/13).

La plate-forme débute donc aujourd’hui un catalogue manga en français avec quelques titres de Kazé Manga, mais on devine que d’autres éditeurs y seront aussi distribués, notamment si les manga ont été publiés au Japon par Shûeisha et Shôgakukan (liés au groupe Viz).

Les premiers titres disponibles sont les suivants. Comptez 4,49€ par volume :

Vampire Hunter D
Gate 7
K-­On!
La Traversée du Temps
Le Fleuve Shinano
Summer Wars
Tensai Family Company
Drug & Drop
Les Mystérieuses Cités d’Or (BD)
Flander’s Company (BD)

D’autres sont prévus cet automne comme Blue Exorcist, Ikigami, Toriko, Beelzebub, Black Lagoon et Dengeki Daisy.

ERRATUM : Le prix au tome est de 4,49€ et pas 4,99€ comme indiqué au départ.

Source : Viz Media Europe

Parlez-en à vos amis !

A propos de l'auteur

Pas de commentaire

  1. 4.50 €, c'est déjà un prix plus sympas (peut mieux faire, hein)
    et je suis certain qu'il y a un avenir pour l'édition manga numérique, ne serait-ce que pour la taille plus grande des images sur une tablette 10", par rapport au format poche tankobon, ainsi que pour le gain de place (les manga ça finit par prendre un volume énorme dans un appartement!).

  2. L'édition numérique demande beaucoup moins de frais d'impression papier et de transport, supprime le problème des invendus et des retours si un titre ne marche pas, et evite les intermédiaires et revendeurs qui prennent leur marge au passage.
    Sans compter que le volume de stockage sur serveurs de fichiers d'images est beaucoup moins important que pour de la musique ou de la vidéo, et donc coûte moins cher.
    Bref, 5 € le volume, c'est cher pour du numérique : à peine 1.5 € de différence avec l'édition papier !

Ecrire un commentaire